frac-lorraine-poutine-metz-today.jpg

Le Frac Lorraine s’expose cet été

Art & Culture • 6 juin 2019

frac-lorraine-captain-metz-today Captain America II, 1997 © Collection particulière Courtesy Nicolas Krupp, Bâle (CH).

Le Frac Lorraine, situé au 1 bis rue des Trinitaires, nous présente deux expositions pour cet été : « Danser sur les missiles » de Margaret Harrison et une autre centrée sur l’artiste Florence Jung. Ces deux expositions seront visibles du 28 juin au 6 octobre 2019.

 

« Danser sur les missiles » de Margaret Harrison

La première exposition consacre à l’artiste Margaret Harrison sa première rétrospective en France. Elle est une figure essentielle de l’histoire du féminisme en Grande-Bretagne, et mène depuis 50 ans des réflexions autour du genre, des classes, et plus largement de la place des femmes dans la société.

 

Des figures de super-héros issus des comics nord-américains à l’Olympia de Manet, Margaret Harrison se détourne des hiérarchies entre les genres et réunit, sans distinction, histoire de l’art et culture populaire dans son travail. Reprenant à son compte des stratégies du grotesque comme l’exagération, la parodie et la subversion, elle questionne avec humour les codes et stéréotypes cloisonnant les genres.

 

Figure influente du mouvement de l’art féministe en Grande-Bretagne, cette artiste engagée mène depuis plus de 50 ans une réflexion croisée autour du genre, des classes, et plus largement de la place des femmes dans la société. Pour sa première exposition d’envergure en France, le 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine a choisi de mettre en avant la diversité de sa pratique, composée d’installations, de peintures, de dessins et de textes, qui s’attachent à remettre en question les canons visuels, codes déterminant la représentation des femmes dans la société, mais aussi leur perception d’elles-mêmes.

 

frac-lorraine-sandwich-metz-today

Good Enough to Eat 4, 1971 © Collection particulière.

 

Degré Est : Florence Jung

La seconde exposition, centré sur l’artiste issue du Grand Est Florence Jung, qui après avoir examiné diverses données issues de statistiques et d’enquêtes d’opinion portant sur les habitantes du Grand Est, recherchera cet individu type, personnage supposé, dont l’existence faite de chiffres et de calculs croisés prête au doute.

 

Florence Jung écrit des scénarios qui infiltrent la réalité. Ses situations scriptées sont construites autour d’un système d’indices, d’absences et de rumeurs. S’appuyant sur les sciences sociales, ainsi que la littérature et la philosophie, ses travaux explorent les paradoxes de l’individu contemporain, son rapport à l’incertitude et le potentiel narratif du soupçon.

 

Le vernissage de ces deux expositions aura lieu le jeudi 27 juin à 19h, en présence des artistes et en accès libre pour les visiteurs. Durant l’été, il y aura également des animations, concerts, ateliers et apéros au Frac Lorraine. Retrouvez le programme sur leur site internet.

 

Par Jérémy Loeung