livre-ollinger.jpeg

« Comme un château de sable » : le témoignage de Lionel Ollinger

Entre les lignes • 9 octobre 2018

Lionel Ollinger, au centre, accompagné du professeur Chastagner, à gauche.

Disponible en librairie, l’ouvrage du président de la Ligue du Grand Est de tennis revient sur la maladie et la disparition de son fils Arthur. Un récit forcément poignant, comme un exutoire pour son auteur.

 

C’est une histoire dont on connaît malheureusement déjà la tragique issue au moment de prendre le livre en main. Cette histoire, c’est celle de Lionel Ollinger et de sa famille, qui ont accompagné, soutenu, et surtout aimé le petit Arthur. Et ce jusqu’au bout de son combat contre une tumeur cérébrale qui aura finalement le dessus sur lui, à l’âge de dix ans seulement.

 

Lionel Ollinger était forcément ému au début de la présentation de son livre à la presse chez Hisler-Even : « On s’est promis qu’il y aurait plus de sourires que de larmes, la vie continue et l’enjeu c’était aussi de tenter de mettre de l’humour dans le livre. Essayer de construire un modèle de résilience, et bien sûr donner de la force à ceux qui sont malades, même si les histoires sont toujours différentes » explique l’auteur.

 

« J’avais besoin d’écrire »

 

Préfacé par le Professeur Pascal Chastagner, chef de service du département d’hémato-oncologie pédiatrique du CHU de Nancy-Brabois, Comme un château de sable, est également une illustration marquante des situations extrêmes, dans lesquelles peut nous emmener cette terrible maladie que constitue encore, hélas, de nos jours le cancer : « A la demande d’Arthur tout s’est passé à domicile, il y est resté quinze mois alors que le pronostic était beaucoup moins optimiste. Les parents ont mis en place un véritable hôpital chez eux, ça dénote une acceptation du cancer, et une force incroyable de l’enfant » témoigne le praticien aux 35 années d’expérience dans le domaine du cancer de l’enfant.

 

Lionel Ollinger explique ce besoin d’écrire qui l’a animé pendant cette période douloureuse : « C’est une démarche personnelle, avec mon épouse on a pas eu besoin des mêmes médicaments, elle ne souhaite pas revivre ça. J’avais besoin d’écrire pour moi et mes filles. En fait j’étais un des plus fragiles là-dedans, et il s’est passé le phénomène classique du deuil qui a conduit à ce livre : se recroqueviller, encaisser, et rebondir… ». Pour Arthur, et pour tous les autres.

 

Comme un château de sable aux éditions du Signe, Lionel Ollinger, avec la collaboration du journaliste Fabrice Barbian, préface du Professeur Pascal Chastagner.

Prix de vente : 16€, intégralement reversés pour l’aide à la recherche médicale en faveur des enfants atteints d’un cancer.