ethnopharmacologie-droguier-metz-today.jpg

Ethnopharmacologie à Metz : et si on se soignait par les plantes ?

Healthy • 2 mars 2020

ethnopharmacologie-metz-today Jacques Fleurentin est le président et fondateur de la Société Française d'Ethnopharmacologie, créée en 1986 à Metz.

La Société Française d’Ethnopharmacologie fut la première société savante d’étude des plantes médicinales et de leur efficacité pharmacologique de France lors de sa création à Metz en 1986. Petite fourmi de la biodiversité, l’ethnopharmacologie défend une médecine par les plantes, complémentaire et non alternative à la médecine dite classique. Présentation.

 

Basée depuis toujours à Metz, au Cloître des Récollets, la Société Française d’Ethnopharmacologie (SFE) est une association qui a pour but de « promouvoir l’ethnopharmacologie en réalisant et en favorisant études et recherches sur les plantes médicinales et les produits d’origine naturelle utilisés par les médecines traditionnelles, en facilitant les échanges d’informations, en organisant des réunions scientifiques et en développant, d’une façon générale, toute activité en rapport avec ce but poursuivi. »

 

La SFE s’efforce de faciliter la coordination entre la recherche fondamentale et appliquée en mettant en relation les compétences des membres – des pharmaciens, des ethnologues – et en jouant un rôle de consultant. Société savante, l’association compte aujourd’hui 600 membres répartis dans une trentaine de pays.

 

La naissance de la SFE

Ancien élève du botaniste Jean-Marie Pelt, Jacques Fleurentin – président et fondateur de la Société Française d’Ethnopharmacologie – a passé trois ans au Yémen, à la mission médicale francaise de Taez dans un hopital yéménite et sur les routes, pour apprendre le savoir des guérisseurs et étudier la pharmacopée du pays, avant de rentrer en France pour travailler comme pharmacien.

 

ethnopharmacologie-livres-metz-today

Jacques Fleurentin a rédigé plusieurs livres sur les bienfaits des plantes médicinales.

Et, depuis un bureau du Cloître des Récollets, où l’association de Jean-Marie Pelt avait aussi élu domicile, il fera vivre, avec deux autres salariés – Pierrette Altide et Armelle Morin – la SFE.

 

Protéger les médecines traditionnelles des grands labos

Défendant les médecines et pratiques traditionnelles, souvent menacées, l’association souhaite empêcher la mainmise de l’industrie pharmaceutique. Sur les quelque 350.000 plantes dans le monde, 35.000 au moins sont médicinales et certaines ont plus de 2000 ans de pratiques. Aujourd’hui, les plantes médicinales sont utilisées comme compléments alimentaires ou simplement comme médicaments à base de plantes. Mais attention, la vente des plantes médicinales relève aujourd’hui des seuls pharmaciens, sauf pour 148 plantes qui sont en vente libre ou d’autres du fait de leur usage alimentaire.

 

Vivant de l’adhésion des membres (40€ l’année), la SFE vend également des ouvrages, réalise deux revues par an et organise un séminaire de formation une fois par an et de subvention de la ville de Metz pour des animations culturelles. La prochaine formation aura lieu du 22 au 26 juin 2020 au Cloître des Récollets, avec 11 intervenants professionnels et une certification Datadock au bout. Les inscriptions sont encore ouvertes et tout le monde peut s’inscrire.

 

Par Jérémy Loeung