magic-system-metz-today.jpg

A’Salfo : rencontre avec le leader de Magic System

Muzik • 31 octobre 2018

magic-system-asalfo-metz-today Salif Traoré aka A'Salfo est le leader de Magic System

Quand on a enchaîné les tubes et fait danser des générations entières pendant vingt ans aux quatre coins de la planète, en accumulant autant de disques d’or que d’années de carrière, il est difficile de se détacher de l’image de groupe au succès inné, mu par la seule volonté d’ambiancer les foules. Pourtant, Magic System est une réalité bien plus forte que cette simple satire de son œuvre : d’une part, la gloire et la réussite ne se sont pas construites sans difficultés ; d’autre part, la portée populaire et joviale de la musique du groupe est à contrebalancer avec sa volonté d’éveil des consciences et ses initiatives sociales et humanitaires. Ils viennent présenter leur nouvel album « Ya Foye », mais aussi leurs tubes les plus connus, samedi 3 novembre 2018 à 20h30 au Casino 2000 de Mondorf-les-Bains.

 

À cette occasion, nous avons discuté avec Salif Traoré aka A’Salfo, le leader du groupe, toujours porté par son incroyable énergie.

 

Dans votre nouvel album, « Ya Foye », vous êtes toujours porteur de messages d’espoir, d’amour, de solidarité, de paix… Qu’est-ce qui différencie cet album des précédents ?

Ya Foye est le résultat de l’expérience et la maturité que l’on a acquise depuis 20 ans. Nous avons travaillé avec plusieurs producteurs différents, c’est donc une rencontre de plusieurs styles différents : Dany Synthé que vous connaissez (ndlr : il a collaboré avec Orelsan, Maître Gims, Black M, Booba…), Skalp un vieux de la vieille, Olivier Blé… Beaucoup de personnes ont travaillé sur ce projet, il y a donc une coloration multidirectionnelle sur cet album.

 

Vous êtes ambassadeur de bonne volonté pour l’UNESCO depuis 2012, qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

Nos actions sociales et humanitaires existaient déjà avec cela mais grâce à cette institution qui est une des plus grandes organisations des Nations Unies, nous avons un cadre institutionnel qui permet à nos actions d’exister pleinement. C’est une nouvelle façon de faire qui change de nos anciennes méthodes et qui nous donne de plus grandes responsabilités.

 

En tant que grand fan de foot, qu’avez-vous ressenti en apprenant que votre tube « Magic in the air » était choisi pour être l’hymne de l’équipe de France de football durant la Coupe du Monde ?

La Coupe du Monde de football est un des plus grands événements sportif au monde, c’est donc un véritable sentiment de fierté. Entendre notre musique à chaque but marqué de l’équipe de France c’est incroyable, y a une sorte d’adrénaline. En plus, une Coupe du Monde que la France a remporté, c’est notre manière d’écrire une belle page du football français. Tout artiste souhaite vivre ce genre d’émotion, on a pu le vivre et on continue à le vivre.

 

Nous avons deux joueurs ivoiriens qui jouent au FC Metz, Victorien Angban et Habib Maïga…

Je ne connais pas Habib Maïga mais je connais Victorien Angban car il joue dans l’équipe nationale de Côte d’Ivoire (ndlr : les membres de Magic System sont impliqués au sein de la fédération ivoirienne de football en tant que conseillers). Je me souviens, l’année dernière on a été invité à voir un match du FC Metz au stade Saint-Symphorien, c’était face à Caen je crois, il y avait une très belle ambiance ! Victorien fait partie de cette nouvelle génération de joueurs ivoiriens qui passent après la génération Didier Drogba, Yaya Touré… Ce fut une période de transition difficile mais un nouveau mécanisme s’est créé dans l’équipe et on espère se qualifier pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, mais également pour la Coupe du Monde au Qatar en 2022. On a envie de renouer avec cette magnifique compétition et je pense que c’est possible avec cette nouvelle génération, menée par Max-Alain Gradel, qui joue maintenant à Toulouse et qui revient bien.

 

magic-system-groupe-metz-today

Les quatre membres de Magic System : Goudé, A’Salfo, Manadja et Tino

 

Revenons à la musique… Magic System a souvent collaboré avec d’autres artistes…

Nous avons fait de la collaboration toute notre vie ! La collaboration permet le métissage et le partage, c’est une valeur de cohésion, on a toujours envie d’acquérir des expériences ailleurs, c’est notre méthode de travail. Il y a une nouvelle génération intéressante qui permettrait de partager nos expériences, avec pourquoi pas des featuring à venir.

 

Quels sont les futurs projets de Magic System ?

Nous travaillons déjà sur notre prochain album et dans l’organisation de notre prochain festival Femua (Festival des musiques urbaines d’Anoumabo). Mais au-delà de nos projets musicaux, nous avons beaucoup de projets concernant le développement social et humanitaire pour la population ivoirienne. Nous avons aidé à construire des écoles, des maternités… La réinsertion des jeunes en échec est très importante pour nous également.

 

Vous allez également collaborer au Festival SummerStage à New York…

Nous sommes en discussion avancée avec le SummerStage pour être sur scène mais également pour gérer la participation des artistes africains lors de ce festival. En décembre, nous avons une tournée qui permettra d’approfondir cette négociation.

 

Avez-vous un petit message à faire passer à votre public ?

J’ai envie de vous dire MERCI ! Merci de nous suivre depuis aussi longtemps. Ça sera une communion totale avec vous, on vous attend samedi pour faire le show avec nous. Mais un show Magic System c’est aussi en famille et on a appris que le concert était interdit aux mineurs car ça se passe dans un casino, et c’est dommage car ça serait tellement mieux en famille avec les parents et leurs enfants. C’est ma doléance : j’aimerais qu’une exception soit faite et que les enfants puissent danser et chanter avec leurs parents. J’espère que ma requête ne sera pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

 

Propos recueillis par Jérémy Loeung

 

On écoute leur dernier tube, Ya Foye :