noubliez-pas-les-paroles-nagui-metz-today.jpg

N’oubliez pas les paroles : un parcours que Franck n’oubliera pas de sitôt

Actualité ~ Muzik • 11 avril 2018

noubliez-pas-les-paroles-metz-today Petit selfie de Nagui avec Franck

La belle aventure de Franck dans l’émission de France 2 « N’oubliez pas les paroles » s’est terminée mardi soir. Après quasiment un mois à l’antenne dans le rôle du Maestro de l’émission de Nagui, ce professeur remplaçant messin de 39 ans est devenu le quatrième plus grand candidat de l’histoire du jeu.

 

42 émissions remportées, à quelques encablures du record (45), 4ème plus grand vainqueur de « N’oubliez pas les paroles » avec à la clé un chèque de 189 000€, un record de 399 mots trouvés dans une chanson, voici les chiffres impressionnants du (long) passage de Franck dans l’émission de Nagui. Une émission dont le succès après dix ans d’existence ne se dément pas, celle de lundi dernier réunissant encore près de 3,7 millions de téléspectateurs devant leur écran.

 

C’est loin des studios de télévision parisiens que Franck nous donne rendez-vous, dans un univers même radicalement différent et beaucoup plus paisible, celui du magasin de fleurs de son mari Sébastien à Metz. Franck qui menait une existence paisible dans son rôle de professeur remplaçant est désormais rattrapé par la notoriété de l’émission : « Je travaille dans toute la Moselle, et l’impact qu’à l’émission auprès des gens, que ce soit les enfants, leurs parents ou leurs grands-parents est incroyable. Il suffit qu’il y en ai un qui regarde l’émission et une minute après toute l’école est au courant, c’est un peu la folie (rires) ».

 

Derrière le jeu et le rêve éveillé qu’a vécu Franck lors de cette intense aventure télévisuelle, il y a évidemment une coquette somme d’argent, qui aurait fait de lui un millionnaire à l’époque du franc : « Je ne m’attendais pas à gagner autant. Nagui me demandait souvent quel était mon objectif en terme de victoire ou en terme financier et je n’arrivais pas à lui répondre ! C’est une émission qui se joue parfois à rien, à une syllabe, une bafouille, un mot mal prononcé… ». Franck parle en connaissance de cause, avec à son actif déjà une participation à l’émission, certes plus modeste mais qui lui aura servi d’expérience lors de son épopée de 2018.

 

La belle histoire aurait pu tourner court

 

« À chaque émission, je me disais que c’était la dernière. Je voyais la cagnotte monter, monter… ». Forcément ces 189 000€ vont quelque peu bouleverser les plans qu’avaient en tête Franck et son mari Sébastien, unis depuis un an et demi : « Ça va carrément nous changer la vie. Au quotidien et dans nos projets de vouloir partir à Nice. Ça dépend aussi de ma mutation et puis il a son magasin, mais du coup on va pouvoir y penser sérieusement. C’était un projet de vie qu’on avait sur plusieurs années mais qui là devient concret ».

 

L’ex-maestro a même du mal parfois à réaliser ce qui lui arrive : « J’ai l’impression que c’est virtuel tout ça, quand je me regarde à la télé je crois voir un autre candidat gagner cet argent (rires) ». Car la belle histoire aurait pu ne jamais avoir lieu, grippé la veille du tournage de la première émission, Franck a bien failli jeter l’éponge : « J’étais couché depuis 4 jours, et je les ai appelé pour leur dire que je ne viendrai pas. Je leur ai dit que je ne pouvais pas chanter que je n’avais pas de voix. Je ne pouvais pas chanter avec le nez bouché ! Ils m’ont rappelé et m’ont convaincu d’y aller ».
Les émissions s’enchaînent alors, à un rythme bien souvent stakhanoviste : « Au début sur deux jours j’en ai enchaîné 22, j’étais cuit. Ils enregistrent environ douze émissions par jour, avec une pause d’une demi-heure au bout de six. C’est ce que les gens ne réalisent pas, on enchaîne et on vit des émotions incroyables, en une journée on vit un grand huit émotionnel ».

 

Parmi toutes ces chansons reprises en long en large en travers durant 42 émissions, il y en a une que Franck retient particulièrement : « Je me suis vraiment senti comme un artiste sur scène quand j’ai chanté Entrer dans la lumière de Patricia Kaas. C’est une artiste d’ici et cette chanson m’a toujours ému. J’ai pris un énorme plaisir à la chanter, c’était un super moment ». Toutes les bonnes choses ont une fin et Franck ne regrette aucunement la fin de son aventure, le plus dur pour lui désormais sera de trouver des volontaires pour l’affronter en karaoké.

 

Par Thibaut Goetz

 

On se regarde le replay du lundi 19 mars 2018 :