top-5-disney-aladdin-metz-today.jpg

Notre top 5 des dessins animés Disney

News ciné • 22 novembre 2019

top-5-disney-metz-today Quels films Disney sont présents dans notre top 5 totalement subjectif ?

Depuis la sortie de « Blanche-Neige et les sept nains » en 1937, qui révolutionna l’industrie de l’animation, inutile de dire que les studios de Walt Disney ont imposé leur monopole sur le marché mondial. Quitte à ce que chacun d’entre nous, de tout âge, ait été bercé, touché émotionnellement, voire grandi avec un des classiques des studios.

 

Intemporels et générationnels : tel est ainsi le credo des dessins animés Disney. Parce qu’ils ne vieillissent pas comme les films tournés en images live, ils conservent leur charme plusieurs décennies après leur sortie, avec un gros bagage nostalgique en prime. Toutefois, étant souvent les premiers films que nous avons découverts sur grand écran, les dessins animés sortis dans notre enfance garderont à jamais une place à part dans notre petit cœur de cinéphile.

 

C’est d’ailleurs ce constat que nous pouvons faire au cœur de Metz Today, comme vous le verrez ci-dessous avec notre top 5 des meilleurs dessins animés Disney. Car la majorité d’entre nous ayant grandi dans les années 90, les films sortis durant cette décennie sont ainsi arrivés vainqueurs du sondage. À l’occasion de la sortie mercredi dernier du deuxième opus de La Reine des Neiges, parti pour être un des plus gros cartons de l’année, plongez avez nous dans ce top 5, et dans cette longue tradition qui se poursuit : celle des films d’animation produits à rythme annuel, évoquant en chacun de nous une certaine idée de la magie !

 

5. « Aladdin » de John Musker et Ron Clements (1993)

Plus gros succès de l’année 1993, Aladdin est une nouveauté à tous les niveaux. Au-delà de l’Oscar et Golden Globe obtenus pour la meilleure bande originale, le film est une libre adaptation du Voleur de Bagdad de 1940, inspiré également des contes des Mille et une nuits. Il met ainsi en scène, et ce pour la première fois, un héros arabo-perse, typé oriental. C’est également une des premières fois où Disney transpose à l’écran une forte personnalité féminine en Jasmine, refusant un destin qui lui semble irrévocable par le contexte de l’époque. Et enfin une des premières fois où le personnage secondaire, le Génie, qui plus est un des plus drôles de son temps, devient aussi iconique que le héros, tant par l’interprétation survoltée de Robin Willams que le doublage inoubliable de Richard Darbois. Personnage devenu culte au fil des années, à l’image de ce 40e long-métrage du studio.

 

 

4. « La Belle et la Bête » de Garry Trousdale et Kirk Wise (1992)

Apparu pour la première fois en France sous la plume de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve en 1740, popularisé par le formidable film de Jean Cocteau en 1946 avec Jean Marais et Josette Day, il fallut près d’un demi-siècle avant que Disney ne s’y attelle. Là encore, la magie y est un véritable leitmotiv. Au-delà d’une des plus belles histoires d’amour jamais contées, le film est une véritable ode à la tolérance et à l’acceptation des différences, principalement illustrée par la Bête elle-même, mais aussi par Belle. Car cette dernière ne se caractérise non pas uniquement par sa beauté, mais aussi par sa culture, son caractère explosif, la défense de ses opinions… En soit, une mise à mal de l’expression « Sois belle et tais toi », symptomatique du méchant de service, Gaston. Idée peu répandue pour les standards de l’époque, pour un film ingénieux, très charmant et réussi !

 

 

3. « Tarzan » de Kévin Lima et Chris Buck (1999)

Après le succès démesuré de Mulan, Disney décide d’adapter l’année suivante la légende de Tarzan au cinéma. Nouveau coup d’essai et nouvelle réussite ! En utilisant certains codes et techniques du cinéma d’animation des années 30, comme le praxinoscope (jouet optique donnant l’illusion du mouvement), le film est un des plus beaux visuellement que le studio ait produit ! Prouesse majeure pour l’époque, chaque mouvement, dessiné à la main, traduit une précision rarement égalée et un réalisme époustouflant dans les gestes. La musique intemporelle de Phil Collins, récompensée aux Oscars et interprété par lui-même dans quatre langues, participe pour beaucoup à l’émotion de ce long métrage. Ce dernier reste avant tout un dessin animé spectaculaire, au souffle dépaysant et exotique propre aux grands films d’aventures, aux personnages attachants et au message écologique fort !

 

 

2. « Hercule » de John Musker et Ron Clements (1997)

Avant la tendance actuelle et lucrative de la course aux super-héros, il en fut un dont le seul nom illustre parfaitement cette expression : Hercule. Considéré comme le plus grand de tous les héros grecs, le long métrage confectionné par Disney nous conte son récit, de sa naissance parmi les dieux jusqu’à ses aventures sur terre, avec toute la maestria qu’on leur connaît. Illustré par une bande originale des plus entraînantes, mêlant blues, pop et gospel (!), la force du film réside dans sa galerie de personnages (mention spéciale à Hadès), et son rythme habile alternant moments de bravoures spectaculaires (le combat contre l’hydre, l’attaque des titans…) et instants plus intimistes. Relecture revigorante et endiablée de tout un arc de la mythologie grecque, Hercule mérite donc tout bonnement sa place dans le panthéon des meilleurs dessins animés de l’oncle Walt.

 

 

1. « Le Roi Lion » de Roger Allers et Rob Minkoff (1994)

Autant drame shakespearien sur la relation conflictuelle entre deux frères que fable écologiste sur la préservation de la nature, Le Roi Lion est avant tout une morale forte et intense sur les difficultés de la transmission et des responsabilités qui en découlent. Il fait indéniablement partie de ces films cultes à la puissance émotionnelle rarement atteinte dans le domaine de l’animation, par ces enjeux dont la maturité fait effacer instantanément la naïveté des enfants, par la qualité de son animation, et par le rythme endiablé de ses différentes chansons. Qui n’a jamais chanté à tue-tête « Hakuna Matata » entre copains ? Qui n’a pas fredonné à sa bien-aimée « L’Amour Brille Sous les Etoiles » ? Qui n’a pas été effrayé par le « Soyez Prêtes » dictatorial de Scar ? Autant d’éléments qui propulsent directement et sans équivoque possible Le Roi Lion au sommet de notre top !

 

 

Et ce ne sera certainement pas l’adaptation live sortie cette année qui nous fera dire le contraire ! Affaire à suivre la semaine prochaine…

 

Par Kévin Beluche