venom-affiche-metz-today.jpg

Venom : sortie blu-ray 4K depuis le 18 février

News ciné • 25 février 2019

venom-metz-today "Venom" de Ruben Fleischer est sorti le 10 octobre 2018 en France

Echec critique cuisant, mais véritable carton commercial, voilà que débarque un des anti-héros Marvel les plus iconiques en de multiples éditions blu-ray et DVD. L’occasion pour nous de se replonger dans « Venom »… et tout ce qui n’y va pas !

 

Tout d’abord, rien ne laissait présager de bon dans ce nouveau projet signé Sony, studio tout malheureux d’avoir cédé la licence Spider-Man, son plus gros poulain et succès à ce jour, aux mains de Marvel pour son Homecoming sorti en juillet 2017. En effet, un réel bad buzz précédait le film avant sa sortie : de nombreuses scènes ont été retirées, entraînant ainsi un véritable déni de la part de son acteur principal, Tom Hardy, assassinant Venom pendant la promotion. À l’instar d’ailleurs des premières critiques, qui n’ont vraiment pas été tendres avec le symbiote, quitte à regretter sa première apparition « éclair » au cinéma dans le troisième Spider-Man de Sam Raimi. Mais est-ce vraiment si catastrophique ?

 

Qu’on se l’avoue franchement : Venom n’est franchement pas terrible ! Il est même ce qu’on fait de plus standardisé en matière de film d’action, souffrant notamment d’un manque cruel d’imagination et de nouveauté. Ce n’est pas tant dans les scènes d’action que réside le problème, plutôt rythmées et relativement impressionnantes dans le domaine, les nombreuses possibilités du symbiote dynamisant les combats et les poursuites. Ni dans l’interprétation du héros, avec un Tom Hardy se donnant à 100% dans le dédoublement de personnalité. Mais plutôt dans la posture d’équilibriste permanente dans lequel le film se suit. Hésitant constamment entre une science-fiction sombre, voire violente avec un organisme extraterrestre symbolisant la peur, le pouvoir et la destruction, et la comédie lourdingue, voire gênante, quand certaines scènes rappellent sans vergogne un Menteur Menteur sous acide (celle du restaurant par exemple). La cohabitation du symbiote dans l’esprit du personnage principal entraîne un film aux allures de buddy movie mal fagoté, où bon nombre de punchlines semblent tout droit sorties d’un film des années 80. Ne sachant sur quel pied danser avec cette ligne directrice pas claire pour un sou, le film manque donc régulièrement sa cible.

 

venom-bis-metz-today

 

Et c’est sans compter sur des effets spéciaux à la limite du stade de pré-production, ne semblant pas terminés pour certains ! Il suffit de voir le plan final, tout en ralenti, de la confrontation avec l’antagoniste principal, mélangeant les prises de vues réelles avec les acteurs et les symbiotes en totale décomposition. D’ailleurs, la matière même de la combinaison extraterrestre semble négligée. Là où elle apparaissait organique dans les comics, les animés, et même Spider-Man 3, elle n’est réduite qu’à un simple morphing, le visage de l’acteur semblant être incrusté sur le tard. Rajoutons des comédiens qui, au contraire d’Hardy, se demandent véritablement ce qu’ils font là, en dehors bien sûr du cachet commercial propre à tout blockbuster de studio. C’est surtout le cas auprès de Riz Ahmed, formidable lorsqu’il est bien dirigé (on peut le citer dans le dernier Jason Bourne ou plus récemment Les Frères Sisters du nouvellement césarisé Jacques Audiard) mais qui apparait ici on ne peut plus lisse, aux motivations fort mal exploitées, et aussi menaçant qu’un bébé armé d’un hochet.

 

Bref, Venom n’est ni fait, ni à faire, et on ne peut plus oubliable ! Ce qui n’empêchera pas Sony, face au succès démesuré du film, de mettre une suite sur les rails, toujours sous la même équipe artistique. Espérons que celle-ci prendra davantage de risques que ce produit formaté pour le plus grand nombre !

 

Le film est paru le 18 février dernier sous trois éditions : une édition DVD, blu-ray classique et blu-ray édition 4K. En dehors d’une qualité visuelle et sonore exceptionnelle, nous pourrons compter sur des nombreux bonus, comme la scène post-générique prolongée et différentes scènes coupées. Des documentaires et coulisses du tournage nous renseignent sur différentes stades de la production, que ce soit la vision et la conception de Venom, les caractéristiques du personnage ou encore la mise en place des scènes d’action. Un extrait de Spider-Man : New Generation, nouveau-né des studios Sony, ainsi que les clips vidéo d’Eminem et Swae Lee viennent compléter une palette assez riche.

 

Par Kévin Beluche

 

(Re)voir la bande-annonce :