game-of-thrones-got-metz-today.jpg

Games of Thrones, saison 8 : bilan des deux premiers épisodes

Serial Series • 24 avril 2019

game-of-thrones-s8-metz-today Daenerys et Jon, avant de se balader à dos de dragon.

Deux ans ! Il aura fallu attendre deux ans pour que les fans d’épées, intrigues fantastiques et complots en tout genre puissent retourner à Westeros ! À l’ère où tout va trop vite, où Internet est devenu un véritable fléau dans la course aux spoilers et mèmes rigolos, deux ans, c’est long ! Mais depuis le 15 avril dernier, notre attente est récompensée : HBO caracole sur nos postes, au terme d’une impatience frôlant le manque après une impeccable saison 7 portée davantage sur l’action et se terminant sur un cliffangher de folie. L’occasion pour nous de revenir sur les deux premiers épisodes de cette saison 8, ayant alimentés bon nombre de théories et de fantasmes sur ces deux questions et enjeux essentiels : va-t-on triompher de l’armée des morts ? Et surtout, qui accèdera au trône de fer ?

 

Attention : il est conseillé de vous mettre à jour avant de poursuivre la lecture de cet article. On vous aura prévenu !

 

Et quel pied ! Quel pied de retrouver les fameuses notes de Ramin Djawadi sur un générique nouvellement repensé pour l’occasion (et toujours aussi beau de surcroit !). Quel pied de revoir à l’écran Jon Snow, Daenerys, Tyrion, Arya, Sansa, Sam et les autres, quasi tous rassemblés au même endroit et interagir entre eux. Et surtout, quel pied de voir le déroulé des évènements, sorte de prémices pour les enjeux colossaux à venir, et surtout une belle boucherie avec l’arrivée imminente des marcheurs blancs.

 

game-of-thrones-s8-arya-metz-today

Arya et Jon ne s’étaient pas revu depuis la saison 1 !

 

Car au-delà du plaisir instantané et évident des retrouvailles, tel pourrait se définir ce premier épisode : posé et réfléchi. Et ce afin de mettre en place, et de manière concise (car on compte moins d’une heure d’épisode contre l’heure et demie que les rumeurs présageaient), les différents éléments de la conclusion à venir. Comportant énormément de similitudes avec le tout premier épisode de la série, avec l’arrivée du roi Barathéon à Winterfel, celui de cette saison 8 s’en veut un hommage évident, histoire de titiller notre fibre nostalgique, et de voir le colossal chemin parcouru par les différents protagonistes (les Stark en tête). Mais aussi une forme de ré-intronisation de ces personnages, une nouvelle vision que l’on a d’eux, avec des dilemmes moraux inédits qui seront cruciaux par la suite. Celui de Jon Snow reste en tête : accéder au trône car il en est l’héritier légitime, ou poursuivre son histoire d’amour avec Daenerys ?

 

Ce dilemme se poursuit sur un deuxième épisode qui, bien plus qu’une simple transition vers la bataille à venir, métaphore du calme avant la tempête, poursuit les interactions entre les personnages, mais avec un regard davantage comique, porté sur une forme de bienveillance. En voir certains d’entre eux réunis autour d‘un feu de cheminée, raconter histoires et anecdotes personnelles tout en s’arrosant le gosier avec « la piquette » proposée par Tyrion, a un côté assez jubilatoire. Voire émouvant, car une certaine forme de poésie se dégage de cet épisode : bien que cette réunification et complicité naissante semble fragile, elle restera unie face à l’évènement qui arrive. Une sorte d’au revoir lyrique avant la mort qui risque de s’abattre sur bon nombre d’entre eux.

 

Bien que ces deux premiers épisodes s’éloignent d’un côté clairement épique (qui sera bien vite rattrapé), ils n’en restent pas moins d’excellente facture. Au rythme soutenu, ils enchaînent même quelques moments qui resteront dans les mémoires, notamment une petite ballade à dos de dragon pour Jon Snow, la mise à mort assez effrayante d’un enfant marcheur, l’adoubement de Dame Brienne (très émouvant), et… Arya quittant la virginité ! Ils ne changeront jamais ces showrunners ! En somme, après cet excellent démarrage, difficile de nier que cette saison sera le fruit de tous les superlatifs et toutes les émotions. Et surtout : passionnante !

 

Par Kévin Beluche